O | 2020

 

Le projet « O » conclut le polyptyque ORIRI-ORIR-ORI-OR-O. Il rassemble un vaste groupe de performeurs, de tous les âges, expériences et cultures, au sein d’une danse intuitive.

 

En ces temps de guerres et de violences

En ces temps d’incompréhensions et de pertes de repères

Vers où se tourner ? 

Je pense que c’est un retournement en soi

Qui permettra aux êtres de trouver un chemin de paix

Pour que les cœurs de pierre retrouvent leur douceur de chair

Pour que les cris se mutent en chants

Pour que les tremblements de peur deviennent tremblements de joie. 

 

L’art n’est ni bon ni mauvais : tout dépend de son utilisation

J’aspire à un art qui amorce le mouvement dont nos êtres ont soif

Vers un espace intérieur, un espace pour devenir ce que l’on est vraiment

Des êtres vibrants, vivants

Capables de dialogue

Capables d’harmonie

Capables de paix

Capables d’amour

 

Danser ensemble, c’est entrer en dialogue

En harmonie

En paix 

 

***

J’aime beaucoup le mot : amour. Je crois que nous devrions passer notre corps dans le tamis du monde et ne garder que l’amour qui y reste. [Nicolas Cantin]

 

Se tenir face au vide. Et porter les petits symphonies qui apparaissent dans le vide. Et c’est tout. [Alex-Ann Boucher]

 

Temps gris, temps clair, aurore, crépuscule, change incessant : Au grand Vide j’ai appris à confier mon humble corps. Nés de l’Origine sans dessein, y retournant sans regret, Les nuages ressemblent à l’homme qui les contemple. [Su Shih]

 

Tous les plaisirs les avoir voulus… et puis ? / Tous les livres les avoir lus…et puis ? / Khayam, tu vas vivre admettons, cent ans… / Mettons, si tu veux, cent ans de plus…et puis ? — Omar Khayam 

Sans cesse nous venons, alors il faut aller / Il faut avancer jour et nuit / Et là d’où nous venons, là même il nous faut retourner / De rien à rien ! / De rien à rien!  / Alors, tout cela, qu’est-ce donc?   — Lallâ

***

Ce projet bénéficie du soutien du Département de danse de l’UQAM (programme PAAD) et de l’Espace Oriri.