MÉMOIRE-CRÉATION

À partir du constat de la présence de procédés d'empreinte dans mon travail en arts visuels, le mémoire-création aborde les possibles transpositions de l'empreinte à la danse, en utilisant le terme d'« empreinte-mouvement » de Georges Didi-Huberman.

Si l'empreinte forme une marque pérenne par le contact réel entre un corps et une matière, les écrits et les œuvres du sculpteur Giuseppe Penone invitent à penser qu'elle crée également une résonance dans le soma (corps vivant) de celui qui s'imprime. La dimension vécue de l'empreinte semble pouvoir la mettre en mouvement et aviver la possibilité du lien entre empreinte et mouvement. Dans cette quête du dialogue entre empreinte graphique et empreinte corporelle, quatre esquisses chorégraphiques (Dans les carnets, Dans la peau, Dans les plis, Dans les poids, jaillir) ont été réalisées pour répondre à la question : qu'est-ce qui qualifie l'« empreinte-mouvement » et comment la travailler dans un processus de création chorégraphique?

Le mémoire écrit témoigne du chemin de conscience que l'autopoïétique de ces quatre projets a dessiné. De l'analyse des processus de création ont émergé des notions de poids, faisant écho à l'empreinte qui, pour être formée, nécessite un poids, la pression d'un objet dans la matière. Différents « poids » sont devenus lieux d'origine des mouvements. Chaque esquisse a été l'occasion de mettre en lumière des poids - physiques, psychiques et imaginaires - qui creusent la chair, inscrivant autant le corps que la pensée.

L'esquisse 1, solo, a permis la prise de conscience du poids psychique à l'œuvre dans le geste et initié l'importance de la dimension pondérale du corps. L'esquisse 2, duo, a insisté sur le poids de la peau en tant que frontière de l'individualité. L'esquisse 3, solo, a travaillé l'origine du mouvement à partir de la sensation de mon propre poids et de ma propre peau. L'esquisse 4 a prolongé cette quête de l'origine-poids à partir de la sensation gravitaire intime de chacune des cinq interprètes.

La recherche-création a permis de cerner que l'intégrité de l'empreinte-mouvement tient au lien continu qu'elle entretient avec son origine-poids. L'empreinte-mouvement semble donc pouvoir être formulée à partir des empreintes qui investissent l'être qui danse, nécessitant dès lors une « fouille » en soi, dans la mémoire du corps.

> Lien pour télécharger le mémoire complet

Détails

Presse


♦ Maud Mazo-Rothenbühler « Un tour de force et de grâce  », Danscussions, 15 janvier 2012

[...] « Poids-Loi / Poids-moteur / Poids-ombre / Fleur du poids / Poids-joie / Poids du vécu qui pèse dans la chair / Poids sans force / Souffle-poids»… Comme dans tous les cas où l’on investigue une problématique de recherche, c’est une multitude de suppositions et de possibilités de réponses qui se présentent, ainsi que des centaines de portes qui s’ouvrent ! Pas une semble échapper à Sarah. Pas une semble être mise de côté. C’est en incarnant sa recherche, et en s’associant à des interprètes qui ont accepté de donner de la chair (de la vraie !) à son sujet, que Sarah nous offre une démonstration extrêmement fine et intelligente de sens.

Avec Sarah, on ne se contente pas d’une simple démonstration d’un travail universitaire. Elle nous offre (peut-être sans vraiment le savoir) bien plus ! Elle nous offre sa sensibilité artistique. Car effectivement sa ‘griffe de créateur’ transparaît à travers des choix esthétiques incroyablement probants et efficaces qui ne font que soutenir son propos : le jaillissement par le poids. C’est donc accompagnées de blocs de glaise grise en forme de pavé que les interprètes dansent, bougent, sautent, s’allongent, sautent, se ré-allongent, re-sautent, s’essoufflent, s’apaisent, se tiennent par la main, reculent, avancent, se poussent, s’essoufflent, lâchent, prennent, se désorientent, se réorientent, ferment les yeux, s’érigent, s’affaissent, inspirent, expirent…[…]

Il est d’ailleurs fascinant d’observer une des interprètes prendre le temps de déposer ses pieds et son poids dans la glaise, de fermer ses yeux, de prendre une inspiration, et de propulser (c’est bien le mot !) un chant italien a cappella avec la force de son ancrage dans le sol, de son alignement vertical et de son souffle. Le tout dans une apparente facilité !

Le spectateur touche là à l’essence même du chant, à l’essence même de la parole, à l’essence même de la vie : le souffle et le poids minutieusement tissés ! Pesanteur et légèreté… J’ajouterais même force et grâce !


♦ Marie-Chantal Scholl, « De la peau à la chair : Dans la peau, de Sarah Dell’ava »,
Dfdanse, 21 février 2011.

[...] Les danseurs, retirés en eux-mêmes, semblaient interroger chaque point de contact entre leur peau et leur chair, comme cherchant à ressentir pleinement chaque millimètre de leur incarnation. [...]. Dans notre corps s’imprègne la mémoire. La mémoire collective, la mémoire individuelle. [...] Sur la peau qui nous recouvre, se trouvent les marques de cette histoire. Dans la chair aussi, tridimensionnelle, lourde, épaisse, massive, volumineuse. L’une et l’autre étant amalgamées, peut-on trouver dans les rigoles de la feuille qui nous enveloppe un chemin vers les denses profondeurs de notre corps ? [...]

♦ Marie-Chantal Scholl, « Tangente présente : « Danses buissonnières » / classe 2010, la critique. Un buffet de fines bouchées », Dfdanse, 20 septembre 2010.

[...] Sans autre musique que le froissement du papier et la subtile musique des mouvements, Sarah en chaîne les gestes avec détachement dans un rituel cherchant à apprivoiser la matière. Je suis matière, tu es matière. J’existe, tu existes. Dansons ensemble. Jouons ensemble. Il froisse, il glisse. Il a une plasticité, un volume. Elle le soulève, elle le mord. Le papier éclatant brille sous la lumière ; parsemé de petites taches, il est unique. Comme elle. Ce curieux spectacle est une étude sur le mode d’existence des choses. Plutôt que de passer par l’émotivité du spectateur, il mystifie l’intellect. Dell’ava propose une façon de sentir les choses, leur présence, leur occupation de l’espace, leurs formes et leur densité. Artiste à surveiller. [...]

No items found.
No items found.
No items found.

-> retour aux créations

Sarah Dell'Ava

dellavasarah@yahoo.ca
+1.514.564.6460

S'inscrire à l'infolettre

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.